bannière

L'écoconstruction et le bioclimatisme

Le site de l'habitat bioclimatique

des maisons solaires aux énergies propres

 

Très souvent, le choix de l'éco-constructeur se porte sur le matériau le plus courant, la terre, qu'il utilise combinée ou non avec d'autres matériaux locaux et selon différentes techniques : pisé, adobe ou bien briques de terre compressées.

écoconstruction

Crédit photo : Constructions SENI

L'homme prend la matière du lieu, sa substance même, l'extrait, la malaxe, la compresse, la met en forme pour en faire sa demeure habitable. Le lieu fournit la terre au constructeur qui la lui rend en partage, réagencée selon les plans de l'esprit humain. Une fois sa maison de terre élevée, l'habitant envisage l'utilisation domestique des énergies renouvelables.

En supposant que les gisements solaires et éoliens disponibles en son lieu soient suffisamment importants, et que dans la logique de l'éco-construction il fasse une utilisation rationnelle de l'énergie, l'habitant va viser à l'autosuffisance énergétique. Pourvu qu'ils soient de dimension et de puissance adaptée, les capteurs solaires thermiques (pour l'eau chaude sanitaire), les panneaux photovoltaïques et les aéro-générateurs (production d'électricité) seront les moyens de production de l'énergie. Le bio-climatisme consiste à utiliser au mieux les caractéristiques du climat local.

Dans le cadre de l'utilisation rationnelle de l'énergie, la maison aura été construite selon les principes du bio-climatisme, qui s'accordent très bien avec ceux de l'éco-construction.

Le bio-climatisme consiste à utiliser au mieux les caractéristiques du climat local (ensoleillement, direction des vents, changement saisonniers des flux, etc.) par un agencement architectural adéquat : orientation cardinale, utilisation d'espaces tampons, matériau d'isolation "respirants", gestion des phénomènes d'inertie thermique, notion d'ambiance, de lumière, d'homogénéité des températures, etc. Ainsi, le bioclimatisme, s'il n'est pas lié au lieu par la matière comme peut l'être l'éco-construction, l'est par l'observation méthodique et réfléchie d'un autre de ses aspects essentiels, le climat et les facteurs qui y sont liés (le relief, la végétation, les surfaces d'eau et les eaux courantes, les ombres fixes ou tournantes,..).

Le site Rénovation intérieur maison Montréal ajoute que le bio-climatisme utilise avec bonheur le matériau terre pour ses propriétés respirantes, hygro-régulatrices, bactéricides, de confort thermique et acoustique.

La toiture est équipée d'un système de récupération des eaux de pluie. Ces eaux sont utilisées pour l'arrosage du jardin. Un forage actionné par une éolienne de pompage vient compléter le dispositif d'arrosage, car l'habitat va logiquement s'entourer d'un jardin visant à l'autosuffisance des habitants. De cette terre dont il a tiré des murs protecteurs, l'autochtone va maintenant tirer sa subsistance, suivant le cycle que les saisons impriment au lieu. Il "n'exploite" pas la terre, il la cultive dans le respect de celle qui dispense.


Maion- Bioclimatique.com - Tous droit réservés b Contacts